Un autre des repères importants que Dieu nous donne pour discerner notre orientation professionnelle est d’être à l’écoute de nos dons et de nos compétences – les domaines où nous sentons bien et dont nous recevons des échos positifs lorsque nous les exerçons.

Devons-nous faire une différence entre les dons et les talents (compétences) ? Quelle place ferons-nous à nos dons spirituels et nos compétences pour le choix de notre orientation professionnelle et l’exercice de notre métier ? Nos compétences sont-elles utiles dans le cadre d’un service à l’église ? Inversement, nos dons spirituels sont-ils exclusivement réservés au service de l’église ?

Voici quelques-unes des questions qui seront abordées dans cet article. 

Distinguer entre « dons spirituels »  et « talents » ? 

Beaucoup s’accordent à dire que la Bible fait une distinction entre les dons spirituels et les talents. Voici ce qui est le plus souvent présenté à ce sujet : 

Les talents : des compétences données pour la vie pratique

Les talents (Mat 25:14-30) sont perçus comme les capacités, les aptitudes particulières que Dieu donne de façon distincte à chaque être humain, que cette personne croie en Christ ou non : la bosse des maths, l’oreille absolue, un don artistique… Ces talents sont donnés dès la naissance (par ex la musique, la créativité, le sport) ou acquis par l’éducation (comme les mathématiques, la comptabilité, la couture ou l’agriculture). Ils sont là dès le départ, mais ils ont à être :

  1. découverts : le rôle de l’éducation est bien de permettre à un enfant de découvrir ce pour quoi il est naturellement doué ou attiré 
  2. cultivés : Un talent à l’état brut ne permet pas d’atteindre la performance ! Toute aptitude naturelle doit être cultivée pour atteindre son véritable potentiel. Pensez aux heures de travail que consacrent les musiciens professionnels ou les danseurs à entretenir leurs talents tout au long de leur carrière…

Les talents sont donc, à la fois un cadeau de Dieu pour notre épanouissement personnel mais aussi une responsabilité, car les détenir nous « oblige », à les mettre à la disposition des autres pour la recherche du bien commun. Les négliger est une faute devant Dieu et un appauvrissement de vie pour nous-mêmes.

Les dons spirituels : un équipement spécifique de l’enfant de Dieu 

Les dons spirituels sont, eux, attribués aux croyants (Rm 12:3-6) au moment où ils mettent leur foi en Christ pour le pardon de leurs péchés. À ce moment-là, le Saint-Esprit donne au nouveau croyant des dons spirituels selon sa volonté (1 Cor 12:11).

Trois textes de la Bible donne la liste des dons spirituels distribués aux chrétiens par le Saint-Esprit :

  • Rm 12.2-8 mentionne la prophétie, le service (au sens général), l’enseignement, l’encouragement, la libéralité, la présidence et la bienveillance.
  • 1 Co 12:8-11 mentionne la parole de sagesse (qui est la capacité de transmettre la sagesse spirituelle), la parole de connaissance (qui est la capacité de révéler des vérités pratiques), la foi (qui est une confiance hors du commun en Dieu), les miracles, la prophétie, le discernement des esprits, le parler en langues (qui est la capacité de s’exprimer dans une langue inconnue) et l’interprétation des langues.
  • Ep 4:10-12, qui dit que Dieu a donné à son Église des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des bergers et des enseignants.

Puisque ces trois listes de dons ne sont pas identiques, il est légitime de se poser la question du nombre réel de dons spirituels attribués aux croyants et de savoir si ces listes sont exhaustives ! Cependant nous pouvons être sûrs que :

  • tout croyant a reçu au moins un don spirituel pour l’édification du corps de Christ ;
  • ces dons doivent être recherchés et exercés pour glorifier Dieu et faire progresser L’Evangile.  

Nos talents : la boussole de notre orientation professionnelle

Dieu aime que nous les fassions fructifier !

Le prophète Esaïe en fait une description très claire (Es 28.24-29) lorsqu’il parle de l’intelligence du laboureur qui sait comment tracer son sillon, quand et où planter l’aneth ou le cumin, comment récolter le blé et traiter les animaux. Tout ce savoir-faire est utile et bon ! Mais le chrétien se souviendra que tout cela lui vient de Dieu qui dispense à chacun les savoirs-faire et les conseils nécessaires pour son ouvrage.

En conséquence, reconnaissez vos talents et faites-les fructifier ! Mettez-les au service de la société ce qui sera une façon naturelle de glorifier Dieu et de recevoir son approbation :

« C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître » Mat 25 :29

Nos talents sont le capital de notre implication sociale

La parabole des talents (Mat 25:14-15) est très claire à ce sujet. Dieu nous a donné à tous des talents et Il s’attend à nous voir, les faire fructifier.  Tout savoir-faire professionnel est un capital que nous devons mettre à la disposition du prochain pour le bénir mais aussi pour en tirer notre subsistance. Le Seigneur nous a équipé de compétences et d’aptitudes pour remplir notre mandat professionnel sur terre, pour bien vivre de notre travail et par lui, bénir la société.

Tout cela vient de l’Eternel, le Seigneur des armées célestes. Son plan est merveilleux, sa sagesse est immense. (Es 28:29)

Mais nos dons font aussi partie du paysage … 

Nos dons spirituels sont utiles dans notre travail

Ne faisons pas trop de séparation entre les différents milieux sociaux que sont l’Eglise et le travail ! Dans les milieux chrétiens, il est souvent convenu que les dons spirituels sont réservés à un usage exclusif dans le cadre de l’église. Nous pouvons admettre que certains dons comme celui de pasteur ou le parler en langue ne pourraient trouver leur pleine expression que dans le cadre d’une communauté chrétienne. Mais cela est-il vrai de tous les autres dons ?

N’avons-nous pas besoin aussi de nos « dons spirituels » dans le monde du travail si nous voulons vraiment y agir en envoyé de Dieu ? Par exemple : 

  • la foi pour entendre l’appel de Dieu et entreprendre quelque chose de grand, qui nous dépasse ?
  • le discernement des esprits pour comprendre ce qui se joue en coulisse dans notre monde professionnel, identifier ses forteresses, ses idoles ?
  • une parole de connaissance pour trouver des solutions pratiques à un problème complexe ?
  • La bienveillance pour harmoniser une relation d’équipe ?
  • Le don de berger ou d’enseignant pour diriger une équipe et la faire progresser ?

Réciproquement, nos talents sont utiles dans l’Eglise

De façon réciproque, vos talents sont aussi utiles au travail dans l’église ! Le monde du travail et celui de l’Eglise sont perméables … Comme toute entreprise ou tout corps social, votre église a besoin des compétences développées dans le monde du travail pour se développer de façon harmonieuse : de webmaster et de graphiste pour sa communication, de sonorisateurs, de musiciens, de bâtisseurs, d’expertise comptable, de cuisiniers …

A quels besoins spécifiques, vos talents peuvent-ils contribuer au développement et au bon fonctionnement de votre église locale ?

Partout, nous sommes une seule et même personne que Dieu équipe pour sa mission 

En fait, il apparaît assez vite que la distinction nette entre talents et dons spirituels est assez difficile à maintenir dans la pratique.

1° – parce que nous sommes une personne unifiée qui mobilise son être tout entier dans l’ensemble de ses activités, sans forcément nous en rendre compte. Et à un instant donné, qui peut tracer une limite stricte à ce qui distingue nos  talent ou nos dons ?

2°-  parce que si nous reconnaissons au travail un statut de ministère (voir article), alors nous devons affirmer aussi que Dieu nous équipe de dons spirituels pour l’exercer ! Mettons-les en œuvre ! Refusons le dualisme qui consiste à séparer ce qui est spirituel de ce qui est séculier (voir article). Soyons une seule et même personne, un enfant de Dieu qui vit en accord avec ses dons spirituels ET ses talents dans tous les environnements où il se trouve. Le but est d’exercer notre vocation pour le service des autres, partout où nous nous trouvons.

En conclusion, ne distinguons plus nos talents et nos dons et utilisons-les en toutes situations ! 

Le Seigneur nous a équipé pour le servir ! Il nous a donné des dons spirituels et des talents qui tissent notre personnalité d’enfants de Dieu. Nous adopterons donc la défnition du théologien W. Gruden qui dans sa théologie systématique englobe dons et talents dans une même défintion : 

« Toute aptitude vivifiée par le Saint-Esprit et mise au service de L’Eglise. Cela comprend, à la fois, les aptitudes naturelles et les dons qui semblent plus miraculeux »   W. Gruden 

Tout nous vient de Lui pour Le servir et bénir la société ! Il souhaite nous voir les utiliser, sans distinction, dans toutes les situations où nous Le servons : au travail ET dans l’Eglise.  Car talents et dons constituent notre personnalité et sont utiles à notre double ministère sur terre : celui de gérant de la création et de réconciliation des hommes avec Dieu.

 Sachons les reconnaitre et les développer ! N’attendons pas d’être «arrivés» à la perfection pour nous mettre en mouvement ; au contraire ! Car c’est en nous mettant en mouvement que nous trouverons nos talents et grandirons en compétences.

Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. (Col.3.23)

POUR APPROFONDIR SEUL – OU MIEUX – EN PETITS GROUPES

Voici quelques questions pour vous aider à approfondir cet enseignement seul ou en petit groupe :

Travaillez en accord avec vos talents

  • Quelles sont les tâches et les activités qui vous dynamisent ?
  • Connaissez-vous vos talents ? Comment les avez-vous découverts et cultivés ?
  • Le travail que vous faites aujourd’hui est-il en accord avec vos compétences ? Vous permet-il de développer de nouvelles compétences ?
  • Quelles nouvelles compétences aimeriez-vous développer ? Comment le faire ?

Mobilisez vos dons spirituels dans le cadre de votre travail

  • Connaissez-vous vos dons spirituels ? Comment les avez-vous découvert ?
  • Quelqu’un vous a-t-il déjà dit avoir été au bénéfice de vos dons ?
  • A quoi ce ou ces dons, peuvent-ils être bénéfiques dans votre contexte de travail ?
  • Les avez-vous déjà exercés dans ce contexte ? Pour quel résultat ?
  • Réfléchissez à la façon dont vous pourriez utiliser vos dons pour servir les autres.

Point d’action :

Qu’allez-vous faire pour mieux harmoniser votre vie professionnelle et votre vie d’enfant de Dieu, en étant en accord avec vos dons et vos talents dans toutes les différentes sphères de votre vie ?

Remettons cette question dans la prière seul et avec d’autres personnes de notre communauté.  

Laisser un commentaire

Fermer le menu